L’Affaire du Dr Hassan Tazi est un plaidoyer pour l’acquittement

0

Après plus de deux ans depuis son éclatement en avril 2022, l’Affaire du Dr Hassan Tazi approche de sa conclusion.

Vendredi 03 mai 2024, la salle d’audience n° 8 de la Cour d’appel de Casablanca a été le théâtre des dernières plaidoiries émouvantes des accusés, dont le Dr Tazi lui-même, propriétaire d’une clinique privée spécialisée dans la chirurgie esthétique.

Les accusations sont lourdes : constitution d’une bande criminelle, escroquerie en bande organisée, traite des êtres humains, et pratiques frauduleuses au sein de la clinique.

Cependant, le Dr Tazi a plaidé en sa faveur, arguant qu’il n’était pas responsable des actions de ses employés et que les accusations ne concernaient pas sa personne physique mais plutôt la clinique en tant qu’entité morale.

S’appuyant sur sa conviction religieuse, le Dr Tazi a invoqué sa responsabilité envers sa famille, déclarant que son « troupeau se limite à [sa] petite famille ».

Il a également contesté avec véhémence l’accusation de traite des êtres humains, affirmant qu’aucun crime de ce genre n’était présent dans le dossier.

Le point central de sa défense a été la distinction entre les erreurs médicales et les crimes, insistant sur le fait que leur équipe n’avait jamais refusé de prodiguer des soins à ceux dans le besoin.

Il a plaidé pour l’acquittement, concluant que ce procès était celui du corps médical, et que la responsabilité médicale reposait sur lui en tant que médecin, excluant ainsi toute implication directe en tant que directeur de la clinique.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.