Le Maroc en État d’Urgence Hydrique des Mesures Draconiennes et des Précautions Drastiques

0

 

À l’horizon 2025, l’Organisation des Nations Unies prévoit qu’un tiers de la population mondiale pourrait être touché par le stress hydrique si la situation actuelle ne s’améliore pas. Cette crise de l’eau, de plus en plus médiatisée, devient un enjeu géopolitique majeur. Dans cet article, nous examinerons la nature du stress hydrique, les zones géographiques concernées, ses causes et conséquences, ainsi que les solutions possibles pour atténuer son impact.

 Le stress hydrique : Définition, Causes et Conséquences

Le stress hydrique, également appelé pénurie d’eau, survient lorsque les ressources en eau disponibles sont inférieures à la demande. Il résulte d’un déséquilibre géographique et temporel, englobant une demande excessive en eau, une qualité d’eau limitée, et une pression croissante sur les ressources.

Les principales causes du stress hydrique incluent l’augmentation de la population mondiale, les changements dans les modes de consommation, l’agriculture intensive, le dérèglement climatique, la déforestation, la pollution due aux rejets industriels, et le réchauffement climatique.

Le stress hydrique a des impacts graves sur la végétation, réduisant la croissance des plantes et augmentant les risques d’incendies de forêt. Il affecte également la qualité de l’eau en entraînant la surexploitation des nappes souterraines, la pollution de l’eau, et des problèmes de gestion de l’eau.

  Les Zones et Pays Touchés

Le stress hydrique touche principalement les zones arides, notamment en Afrique, au Proche-Orient, au Moyen-Orient, et en Asie (Inde, Pakistan, Chine du Nord). Même dans des pays comme la France, où les ressources en eau sont relativement abondantes, des situations de stress hydrique peuvent survenir, comme illustré par les canicules récentes.

 La Crise Hydrique au Maroc

Le cas récent du Maroc souligne l’ampleur de la crise hydrique. Une diminution significative de la pluviométrie, de 54% par rapport à la moyenne des 40 dernières années, et une réduction de 44% de la superficie des terres agricoles irriguées ont conduit à une crise sévère. Les ressources hydriques ont diminué de manière alarmante, affectant la sécurité alimentaire du pays.

 Répondre au Stress Hydrique : Solutions et Perspectives

Face à cette crise mondiale, des mesures sont nécessaires pour atténuer le stress hydrique. Des solutions telles que le dessalement de l’eau de mer par osmose inversée ou technologie thermique, et le traitement des eaux usées, sont essentielles pour garantir un approvisionnement suffisant en eau. Une gestion efficace des ressources hydriques, une sensibilisation accrue et des politiques de conservation de l’eau sont également cruciales.

Le stress hydrique est un défi mondial croissant qui nécessite une action immédiate et coordonnée. La mise en œuvre de solutions durables et la conscientisation de la population sont cruciales pour assurer la disponibilité future de l’eau et prévenir des crises hydriques sévères.

 

Maroc: Précautions Prises pour lutter contre la crise hydrique.

Le Roi Mohammed VI a présidé une séance de travail axée sur la problématique de l’eau hier au Palais Royal de Rabat. Le ministre de l’Équipement et de l’Eau, Nizar Baraka, a présenté un exposé mettant en évidence un déficit pluviométrique de 70% par rapport à la moyenne de septembre à mi-janvier 2024, avec un taux de remplissage des barrages de 23,2%. Des actions antérieures ont permis d’approvisionner en eau potable plusieurs provinces grâce au Programme National d’Approvisionnement en Eau Potable et d’Irrigation 2020-2027.

Le ministre a exposé un plan d’action d’urgence devant le Roi pour faire face à la situation actuelle, notamment en mobilisant les ressources des barrages, forages et stations de dessalement, en réalisant des équipements d’adduction d’eau urgents, et en envisageant des mesures de restriction là où nécessaire. Le plan comprend également l’accélération des projets à moyen terme, tels que la construction de barrages, l’interconnexion entre les bassins du Sebou, du Bouregreg et d’Oum Rabii, le programme national de dessalement de l’eau de mer, et d’autres initiatives.

Le Roi Mohammed VI a appelé à une vigilance accrue et à des efforts soutenus pour relever le défi de la sécurité hydrique, exhortant le gouvernement à communiquer de manière transparente sur la situation hydrique et les mesures d’urgence. Il a souligné l’importance de sensibiliser le public à l’économie d’eau et à la lutte contre le gaspillage. Plusieurs membres du gouvernement ont participé à cette séance de travail, comprenant le Conseiller de SM le Roi, le ministre de l’Intérieur, le ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts, ainsi que d’autres responsables gouvernementaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.