Les autorités marocaines renforcent les mesures de contrôle suite à la propagation de la Maladie hémorragique épizootique en Europe

LOCMELAR(29) : vaches laitieres de race prim holstein sur une exploitation agricole de Locmelar
0

 

La Maladie hémorragique épizootique (MHE), une infection qui ressemble à la maladie de la langue bleue, se propage rapidement parmi les élevages d’ovins et de bovins en Europe, en particulier en France. Le Maroc, qui importe ces animaux pour répondre à la demande locale en viandes rouges, surveille de près l’évolution de cette situation épidémiologique.

La MHE est une maladie infectieuse provoquée par un virus et transmise exclusivement aux ovins et aux bovins d’élevage par des piqûres de moucherons, des insectes similaires à ceux responsables de la Fièvre catarrhale ovine (FCO), communément appelée « maladie de la langue bleue ». Les animaux infectés présentent des symptômes grippaux, des lésions buccales, des problèmes respiratoires et une perte de poids.

Au Maroc, les autorités sanitaires sont en état d’alerte et prennent des mesures pour prévenir l’entrée de bétail infecté dans le pays. Depuis le lancement d’une opération d’importation de bovins et d’ovins en provenance de divers pays européens, une période de quarantaine a été instaurée pour tout le bétail avant son abattage.

Le niveau de vigilance a été particulièrement renforcé pour les animaux importés de France et d’autres régions touchées par l’épidémie. Jusqu’à présent, 453 foyers de MHE ont été signalés en France, principalement dans le sud-ouest, depuis septembre 2023. Des cas ont également été détectés en Italie, et un premier cas a été confirmé en Suisse en octobre.

Cependant, il est important de noter que le taux de mortalité parmi les animaux infectés reste relativement faible, inférieur à 0,1% en France. Actuellement, il n’existe pas de vaccin disponible pour protéger les troupeaux de cette maladie, ce qui renforce la vigilance des autorités marocaines et des techniciens de l’Office National de Sécurité Sanitaire des produits Alimentaires (ONSSA).

L’ONSSA a mis en place des mesures strictes de contrôle et d’inspection de tous les animaux importés vivants. Les animaux sont soumis à un examen vétérinaire, et tous les documents fournis par les exportateurs, y compris les attestations sanitaires, sont minutieusement examinés. Les examens vétérinaires sont particulièrement axés sur la détection potentielle de maladies infectieuses.

Seuls les animaux en bonne santé, approuvés par les vétérinaires de l’ONSSA, sont autorisés à entrer au Maroc. Après leur arrivée, ces animaux sont soumis à une période de quarantaine dans des enclos spécialement dédiés, au cours de laquelle leur état de santé est régulièrement surveillé par des techniciens de l’ONSSA.

Les autorités marocaines prennent ces mesures strictes pour protéger le cheptel national des risques potentiels associés à la MHE et garantir la sécurité de l’approvisionnement en viandes rouges sur le marché local.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.