Le Maroc et le Portugal signent un accord historique pour l’interconnexion électrique et renforcent leur engagement envers les énergies renouvelables

 

Le Maroc et le Portugal ont franchi une étape significative dans leur collaboration en matière d’énergie renouvelable en signant une déclaration conjointe le samedi 2 décembre 2023, à Dubaï, en marge de la COP28. Cet accord marque un engagement mutuel envers le développement durable et la lutte contre le changement climatique.


La ministre de la Transition énergétique et du développement durable, Leila Benali, et le ministre portugais de l’Environnement et de l’action climatique, Duarte Cordeiro, ont officiellement officialisé cet accord, visant à renforcer le développement des énergies renouvelables entre les deux nations et à explorer les possibilités d’échange d’énergie entre l’Afrique et l’Europe.

Grâce à leur position stratégique en tant que ponts entre l’Europe et l’Afrique, le Maroc et le Portugal aspirent à relever ensemble les défis de la transition énergétique, en consolidant notamment l’intégration des marchés électriques.

L’interconnexion électrique Maroc-Portugal est saluée comme un projet clé pour l’Europe et l’Afrique, selon les déclarations de Leila Benali à la presse. Elle a souligné l’importance de mettre à jour les études techniques et le coût financier du projet. Duarte Cordeiro a, quant à lui, mis en avant la convergence des stratégies des deux pays en matière de développement des énergies renouvelables, incluant l’hydrogène vert.

En parallèle, le Maroc a reçu le soutien financier de l’Union européenne (UE) dans le cadre de la COP28. Un accord signé par Leila Benali et Gert-Jan Koopman, directeur général du voisinage et des négociations d’élargissement à la Commission européenne, prévoit un don de l’UE de 50 millions d’euros pour soutenir un programme d’appui aux énergies propres et à la décarbonation dans les secteurs de développement marocains. Cet accord s’inscrit dans le cadre du Partenariat Vert Maroc-UE lancé en 2021, visant à accompagner la transition vers des modes de production plus durables et à faire face aux défis de l’urgence climatique.

En outre, la Banque africaine de développement (BAD) a annoncé la création d’une « Green Bank » au Maroc, s’inscrivant dans l’Initiative de la Banque verte africaine de la BAD. Cette initiative a pour objectif de mettre en place des mécanismes de financement vert dans des institutions financières locales afin d’attirer des investissements dans le domaine du climat, suivant des initiatives similaires en Côte d’Ivoire et au Bénin.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

Privacy & Cookies Policy